J'ai testé pour vous: Voyage au bout de la nuit

Publié le par LoLa

voyage au bout de la nuit

Y'a pas à dire, la vie ne finit jamais de vous étonner.

L'éducation nationale m'avait conseillé entre autres "Voyage au bout de la nuit" comme lecture d'été lorsque j'avais à peine 15 ans.
Inutile de vous dire qu'à la page 30, à bout, j'ai lâchement laissé tomber. Moi, trop jeune, pas assez intéressée; lui, trop noir et trop grand.

2 ans plus tard me revoilà à me frotter à ce roman et comme prévu la page 30 arrive. J'arrête.

La semaine dernière, ayant terminé une lecture très légère (Sacha Guitry "Mémoires d'un tricheur") je retombe sur ce bouquin et me dit "pourquoi pas?"

Et puis, un tourbillon.
Ferdinand Bardamu m'entraîne sans retenue à travers le monde en me trimballant dans la pourriture, la noirceur des âmes, l'humiliation des hommes comme leur desespoir et leut lâcheté. Tout cela emballé dans un français délicieux où se mêlent language parlé et soutenu.
J'en ai encore le tournis.

"C'est peut-être ça qu'on cherche à travers la vie, rien que cela, le plus grand chagrin possible pour devenir soi-même avant de mourir."
LFC.

L'espoir est là. Peut être un jour relirais-je Sartre et son "Existentialisme est un humanisme", autre lecture conseillée au lycée, et peut être en retirerais-je quelquechose.
Promis, j'avais tout lu les mots...mais pas compris une traître idée!

Publié dans J'ai testé pour vous

Commenter cet article

Sekateur 29/04/2010 18:37



Ça fait des années que je me suis mis en tête de lire ce roman... mais je ne sais pas... je ne le trouve pas dans les bouquineries, ou alors il n'attire pas mon attention. Un jour, sans
doute...



LoLa 29/04/2010 20:39



Sérieusement j'ai fait des tentatives, avortées, et là je ne regrette pas.


Biz



Roberto 28/04/2010 23:57



Assouar Lola, bizzz...


Que dire d'un "roman" qui commence en disant; "Ça a débuté comme ça. Moi, je n'avais rien dit. C'est Arthur Ganate qui m'a fait parler. Arthur,....", sinon que de le considérer comme une presque
autobiographie (jJe pense que c'est le seul à dire plus de JE dans un récit que moi ... )


Et l'on ne peut considérer ça comme un roman, entre le nom du héros et le nom de l'auteur, les endroits qu'il a fréquenté dans sa vie (l'auteur ) et le fameux institut Bioduret.


Ne serait-ce pas tout simplement une autobiographie déguisée: "Je l'ai vécu comme ça, et je le décore et le raconte autrement..."


La vie d'un homme confrontée à la  lâcheté (que ce soit la sienne ou celle d'autrui), et peut-être d'une certaine admiration pour les choses qui le dépassent. Que nous écrirait-il
aujourd'hui quand Diadermine nous produit une crème raffermissante aux collagènes enzymes Q10?


Sinon, un excellent bouquin qui peut donner plusieurs pistes de réflexion, sur la lacheté humaine, sur l'indifférence, et même, mais là, je n'engage que moi, sur une certaine forme de compassion.


En résumé, dérangeant et excellant,, et surtout, comme tu l'as dit, une facilité à faire cohincider les bons mots avec les bonnes phrases au bon moment... Du grand français, je suis d'accord.


Pas forcément à archiver, mais au moins à lire.


Bonne soirée, Lola. Biz.


 



LoLa 29/04/2010 17:59



D'accord avec toi mais moi je l'archive.


Biz



bipbip1234 28/04/2010 22:44



C'est bon.... tu es prête pour Proust !


Bonne soirée a toi..



LoLa 28/04/2010 22:47



Oh mon God, tu crois?
Vite, mon almanach vermot


Biz



Bernard 28/04/2010 21:43



pourquoi pas ...


Bien à toi !



LoLa 28/04/2010 21:44



Quelques bulles?


Biz



DUVAL POLLET 28/04/2010 21:31



Jamais lu, mais là tu m'en a donné l'envie.... Merci, bisous



LoLa 28/04/2010 21:40



Go go go...mais tiens avant la page 30!


Biz